Le CV est réputé être l’exhaustive synthèse de votre vie professionnelle ; mais quelle place votre vie personnelle, vos passions, vos « à-côtés », peuvent ou doivent-ils avoir en son sein ?

Vous le savez déjà, si vous nous suivez d’un peu près, chez Talents Unis, nous valorisons la transparence, la lisibilité et l’unité de la personne. Serez-vous heureux et pleinement épanoui au sein d’une entreprise qui ne partage pas vos valeurs (ou aux côtés d’un(e) manager qui sera à vos yeux un véritable « poil-à-gratter ») ? Et comment les décrypter si votre CV n’est que la liste aseptisée de vos fonctions, diplômes et langues ?

Quand en entretien, le recruteur taquin vous posera l’angoissante question « parlez-moi de vous », ne lui répondrez-vous qu’à coup de dates, de CDI, et d’études ?

Cela n’engage que nous, et n’est pas forcément dans l’air du temps d’avant (avant 2020 et l’apparition de vos enfants en presque 4D en arrière-plan du Codir 😉), mais il nous semble important de planter le décor. Comme dans un bon roman, pour comprendre la subtilité du personnage principal mieux vaut ne pas sauter de chapitres !

Bien entendu, vous êtes libre de penser que vos enfants n’ont rien à faire sur votre CV, à moins qu’ils ne soient l’explication d’une heureuse pause (maternelle ou paternelle, soyons modernes) dans votre carrière. Auquel cas il me semble judicieux de le mentionner, tout simplement parce qu’ils feront probablement partie de l’équation de votre bon équilibre ; et, que la mention du congé parental évitera que l’on vous interroge, sans suspicion, sur ce « trou » dans votre parcours. D’ailleurs, toute pause mérite qu’on s’y attarde un peu : un tour du monde, une réflexion sur sa possible reconversion, une année de sophrologie, de yoga, de théâtre, et beaucoup moins trivialement, l’accompagnement de proches en fin de vie… auront probablement enrichi votre personnalité et votre vision du monde professionnel. Ce serait dommage de les passer sous silence sous prétexte que ce n’était pas dans le fil de votre carrière. D’autant qu’il n’est pas impossible que cela soit un vrai sujet d’accroche avec votre interlocuteur.

Votre adresse, de plus en plus souvent oubliée, est utile également. Car si le télétravail est aujourd’hui devenu la norme, viendra un jour où nous aurons à nouveau la joie de nous retrouver tous ensemble dans le RER à l’heure de pointe… en région parisienne, question de survie, 1h de trajet devrait être un maximum ! C’est une question qui sera abordée tôt ou tard… si vous êtes en effet mobile et extrêmement flexible sur ce sujet, précisez-le sous votre adresse, laissant ainsi la discussion prendre le pas sur le fait seul.

Vos études vous semblent loin, et désormais sans intérêt ; pourtant elles aussi parlent de vous : en terme de résilience, de persévérance, d’environnement, de créativité peut-être. Ne les négligez pas, y compris « les essais » (une première année de droit, un BTS de stylisme, une école de graphisme, etc…) qui ne prendront qu’une petite ligne dans le précieux énoncé de votre vie.

Quand aux hobbies, personne ne s’arrêtera en effet sur les lignes de l’habituel « lecture, cinéma, voyage » (quoiqu’en ce moment…) ; mais si vous êtes animé d’une véritable passion dont vous pouvez discourir sans vous perdre des heures en circonlocutions, ou si vous êtes engagé dans des projets associatifs, surtout faites-en part et sachez tendre la perche – avec discrétion et humilité – pour pouvoir en toucher un mot lors de l’entretien. Le recruteur vous découvrira peut-être sous un autre jour et cela pourrait rendre vivant un entretien atone. Sans compter que vous pourriez vous découvrir des passions communes susceptibles de rompre le caractère formel de l’entretien et d’augmenter innocemment votre capital sympathie 😊 !

Mais ne prenez pas le risque de vous inventer des centres d’intérêt qui risqueraient de vous mettre dans une situation au mieux cocasse, au pire rédhibitoire ! (cf la vidéo humoristique – âmes sensibles, s’abstenir ! – de Kyan Khojandi…)

Nous avons déjà évoqué la question de la photo dans notre article précédent, mais reste encore la litigieuse question des dates… Doit-on préciser les dates d’obtention de diplôme, son âge, ses premières expériences ? Une chose est sûre, si le recruteur tient à avoir ces informations, il a d’autres façons d’y parvenir… alors, à vous de voir si vous souhaitez lui faciliter la tâche !

Réjouissons-nous car la tendance est définitivement au recrutement des individus, vibrant de passions, d’intelligence émotionnelle, cherchant l’équilibre, la cohésion, pour mieux contribuer à la performance de l’équipe et de l’entreprise.

Alors, j’oserai le dire 😉 : en 2021, bas les masques !

Isabelle de Champsavin

Author Isabelle de Champsavin

More posts by Isabelle de Champsavin